Accueil Magazine d'information sur les activités de l'institut Annuaire spécialisé du Liège Formulaire - Coordonnées de l'IML et plan d'accès
 
n°12

Dispositif Coveless CQ05 :
Un nouvel outil technologique pour l’estimation de la qualité du liège


Des ingénieurs espagnols se sont penchés sur le délicat problème de l’estimation de la qualité du liège sur pied, c’est à dire avant la récolte. Après plusieurs années de recherches et de nombreux prototypes, le résultat est là : il s’appelle Coveless CQ05.

Premiers pas :
Le premier prototype fut mis au point il y a une dizaine d’années par l’Université d’Estrémature, avec pour seul objectif de mesurer l’épaisseur du liège en détectant la couche mère. Par la suite, des amélioration successives furent amenées à cet appareil dans le cadre d’un projet de recherche européen, auquel ont participé des centres de développement portugais, espagnols et norvégiens.

Principe de fonctionnement :
L’appareil utilise la conductivité électrique de la mère (tissus générateurs du bois et du liège de l’arbre) mesurée entre deux électrodes. La première doit être plantée dans le tronc au niveau d’une crevasse du liège, jusqu’à atteindre la mère, la seconde est située à l’extrémité de l’appareil, et sert à la fois à mesurer la résistance du liège à la pénétration, en même temps que son épaisseur.



La méthode traditionnelle
d’estimation de la qualité du
liège :

La pratique habituelle consiste à prélever des “calas”, terme castillan désignant des morceaux de liège d’environ 10x10 cm, afin d’observer l’épaisseur du liège, et d’avoir une idée de sa qualité et de son grain. Cette méthode a deux principaux inconvénients : on ne peut prélever des calas qu’en période de récolte (quand le liège se décolle), et il s’agit toujours d’une opération délicate car il existe un réel risque de blessure de l’arbre si le prélèvement est mal effectué.

Sans compter la perte de production (certes minime) occasionnée au niveau de l’emplacement de la cala. De plus, le résultat est parfois aléatoire, car on se contente souvent de ne sonder que quelques arbres de manière aléatoire et totalement arbitraire.

La méthode d’échantillonnage :
L’utilisation du dispositif Coveless CQ05 est très simple. L’échantillonnage est très rapide, puisqu’il suffit d’environ une minute pour sonder un arbre. Pour cela, l’utilisateur doit enfoncer l’aiguille de l’appareil dans l’écorce de chaque arbre à 5 reprises, mais à l’intérieur d’une zone localisée de la taille d’une cala. Quant au nombre de chênes-lièges à échantillonner, c’est l’utilisateur qui doit décider du degré de précision qu’il recherche, et du risque d’erreur qu’il est prêt à accepter. Pour obtenir une erreur inférieure à 15 %, les concepteurs conseillent de pratiquer environ 70 mesures.
Deux méthodes sont proposées :
• Echantillonnage itinérant : pour les suberaies de petite dimension, de faible densité. On parcourt la suberaie en la quadrillant, en mesurant par exemple un arbre sur cinq jusqu’à atteindre le nombre d’achantillons souhaités.
• Echantillonnage parcellaire : pour les suberaies homogènes, denses, et de plus grande superficie. On réalise des placettes de manière aléatoire dans le peuplement ; pour chaque placette, on choisi un arbre central, puis on sonde les arbres qui l’entourent, toujours en tournant le dos à l’arbre central, afin que les mesures se fassent suivant l’ensemble des points cardinaux. Pour obtenir le nombre de mesures souhaitées, on peut faire par exemple 5 placettes de 15 arbres, ou 8 de 10 arbres.

Exploitation des résultats :
Une fois les mesures effectuées, ces dernières sont stockées dans la mémoire interne de l’appareil. Il suffit ensuite de les transférer sur un PC sur lequel on aura préalablement installé le logiciel fourni, et celui-ci se charge de retranscrire les données sous formes de graphiques et de tableau.

< Histogramme d’épaisseurs du liège de la parcelle, exprimé en mm et en lignes
(1 ligne=2,256 mm)

 


Foires et Salons...


Bouchon :
le liège se défend

L'actu du liège...

P-O :
un Plan Stratégique pour le Liège


Vivexpo 2006
L'Homme et le Liège

Flore et Faune
de la Suberaie

 
Le Platype
La Salsepareille

A LIRE :

La parla dels tapers
- Diccionarí del suro -

 


> AVANTAGES :
- Simplicité d’utilisation
- Rapidité
- Mobilité
- Utilisable en toute saison
- Diagramme précis des classes d’épaisseurs
- Donne une idée de la qualité moyenne du liège d’une parcelle.

> INCONVENIENTS :
- Coût difficile à supporter pour un seul propriétaire
- Manque de recul sur la correspondance entre les données théoriques et la qualité réelle de la récolte
- Validité à confirmer pour les suberaies hors péninsule ibérique
- Classement par qualités difficilement accessible aux non-initiés
- Logiciel en espagnol uniquement.

 

HAUT

 

 
Réalisation du site : CL'in design multimédia 04 68 54 33 25