Accueil Magazine d'information sur les activités de l'institut Annuaire spécialisé du Liège Formulaire - Coordonnées de l'IML et plan d'accès
 
n°11


L'actu du liège...

Etude sur l’évolution des suberaies incendiées
Certains étés mettent durement à l’épreuve la faculté que possède le chêne-liège de reverdir après un incendie. La conséquence la plus visible du feu sur une suberaie est la perte de valeur du liège suite à la carbonisation de sa partie extérieure, ce qui le rend impropre à l’utilisation en bouchonnerie, et donc à sa commercialisation au meilleur prix. Mais les dégâts ne s’arrêtent pas là...

Au premier abord, l’incendie peut sembler agir favorablement sur la suberaie (toutes considérations économique et paysagère mises à part), car il élimine le sous-bois et les essences concurrentes (chênes vert et pubescent, pins....), laissant la place libre au chêne-liège pour se développer, lui seul pouvant reverdir à partir de son houppier dans les semaines qui suivent. Mais cette élimination n’est que provisoire, et dès la reprise de la végétation, le maquis repartira de plus belle, pour devenir parfois encore plus dense qu’il n’était avant l’incendie. Croire le chêne-liège invulnérable serait une grave erreur ! Croire que la suberaie pourrait s’en remettre sans intervention de l’homme en serait une autre... Les impacts sur la dynamique du peuplement sont nombreux : qu’en est-il de la régénération du chêne-liège, de la survie des arbres (notamment en cas de levée récente ou de blessures), de la vitalité du sous-bois...?.

Une étude, actuellement menée par l’IML, a pour but de suivre l’évolution des peuplements récemment incendiés, en évaluant les conséquences du passage du feu sur le peuplement. Pour cela, plusieurs outils peuvent être utilisés :
comptage du nombre d’arbres morts suite à l’incendie ;
évaluation de l’intensité du feu sur une échelle de 0 à 4 (L.Armandier) ;
évaluation des chances de survie des arbres ayant émis des rejets ;
comptage de la régénération (par semis et/ou drageons).

L’originalité de l’étude consiste en la prise en compte de l’historique de la parcelle, en ce qui concerne le nombre de passages antérieurs du feu, ainsi que le type de gestion (ou de non-gestion) qui y était pratiqué (parcelle déjà mise en production/jamais écorcée, pastoralisme, débroussaillements réguliers...).

En effet, si l’écorçage des arbres peut rendre un peuplement vulnérable, au contraire un manque d’entretien peut tout autant nuire à la suberaie... et aux suberaies voisines !

Pour évaluer tous ces paramètres, des placettes ont été installées dans les Pyrénées-Orientales ainsi que dans le Var (secteur le plus touché par les incendies de 2003) avec la collaboration du C.R.P.F. -P.A.C.A. Une étude qui nous l’espérons apportera des réponses à nos interrogations. Pour cela, rendez-vous fin 2006.

mortalité différée d’un chêne-liège ayant pourtant émis des rejets de houppier peu après l’incendie, mais qui sont morts l’année suivante.


3 ans près le feu, le maquis forme déjà un manteau de 1,5 m de haut, rendant le peuplement à nouveau fortement sensible au risque incendie ; Au fond, on aperçoit un chêne-liège mort car levé l’année même de l’incendie.

 


Foires et Salons...


Vivexpo 2004
L’édition 2004 de Vivexpo fut de l’avis de tous une franche réussite, de par la qualité des intervenants et l’actualité du thème abordé :
Le Chêne Liège
face au feu

3ème concours du leveur de liège


Colloques 2004-2005
Maroc, Tunisie, Espagne... L’IML fait désormais entendre sa voix hors de nos frontières.

L'actu du liège...


LANDES :
Le chêne-liège en Marensin


P-O :
Production de plants de chênes-lièges par la pépinière départementale

Flore le la Suberaie


L’Hydne hérisson
(Hericium erinaceum)

 

 
Réalisation du site : CL'in design multimédia 04 68 54 33 25